L’expédition Méditerranée en danger nous alerte à nouveau. En 2010-2011, les scientifiques avaient révélé la présence de 290 milliards de déchets micro-plastiques flottants dans la partie nord occidentale de la Méditerranée. Aujourd’hui, l’expédition découvre le même niveau de pollution dans le golfe de Gênes. Les moules seraient contaminées… Effrayant et dangereux pour notre santé !

 

l'homme et la mer

« LES OCÉANS ET LES MERS SONT MALADES»

« Homme libre, toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme dans le déroulement infini de sa lame… ». « L’homme et la mer », poème de Charles Baudelaire, est à la « une » du site de l’expédition scientifique européenne EXPÉDITION MED, qui étudie la pollution par le plastique en Méditerranée.

Que contemplent ces universitaires amoureux de notre Méditerranée ? « Après la succession de tempêtes sur nos côtes depuis cet hiver, un constat flagrant s’impose : les océans et les mers sont malades et vomissent nos déchets plastiques »… Ils interrogent : présenté en conseil des ministres le 26 mars 2014, « le nouveau projet de loi sur la biodiversité aura-t-il de l’effet sur cette maladie ?».

 

 

LES MOULES SERAIENT CONTAMINÉES…

Contenu-stomacal-albatrosLoin de nous l’idée de vous montrer avec plaisir des images de désolation – nous préférons vous montrer ce qui va dans le sens d’un meilleur respect de notre environnement -, mais l’interview de Bruno Dumontet par Rachida Boughriet (Actu Environnement) est poignant. L’expédition qu’il a dirigée en 2012 – 2013 dans le golfe de Gênes a mesuré des quantités importantes de micro-plastiques, « entre 13.000 et 300.000 débris plastiques flottants par km2 en mer de Ligure. Leur concentration excède par endroits celle retrouvée dans le gyre du Pacifique : une nappe de déchets plastiques 3 à 4 fois plus grande que la France ! », explique-t-il.

 

Après analyse des échantillons, Bruno Dumontet précise que « la majorité des plastiques retrouvés en mer proviennent de la fragmentation des emballages, charriés par les courants ». Filaments, polystyrène, films minces… « On trouve également des micro-billes de plastique, dans les produits cosmétiques d’épilation ou de gommage, qui ne sont pas retenus dans les stations d’épuration et qui, en fin de parcours, se retrouvent à la mer ».

 

Il ne faut plus se voiler la face : c’est notre santé qui est en jeu. Car, pour leur plus grand malheur, les petits poissons lanternes qui remontent la nuit pour se nourrir, confondent ces micro-plastiques avec le plancton, base de la chaîne alimentaire. « Leur estomac est gorgé de polluants chimiques (DDT organochloré, bisphénol..). On soupçonne déjà qu’il est possible que ces polluants passent dans les tissus organiques filtreurs comme les moules », poursuit le scientifique. Des moules que nous consommons…

 

RÉDUIRE – RÉUTILISER – RECYCLER LES PLASTIQUES

Pour alerter la société, EXPÉDITION MED a lancé une opération « 1 MILLION DE CLICS  POUR SAUVER LA MÉDITERRANÉE». Le collectif a mis en place un programme pédagogique qui se décline sous la règle des 3R : Réduction – Réutilisation – Recyclage. « En dépit d’un taux de recyclage ou de valorisation faible pour les plastiques (environ 20% des plastiques sont recyclés en France), c’est autant de détritus qui ne finiront pas en décharge où un risque d’envol existe », explique la rubrique « Recyclage ».

 

Réduire – Réutiliser – Recycler, c’est ce que UN BUREAU SUR LA TERRE tente modestement de faire en commercialisant des éco-produits :

Vaisselle biodégradable et compostablestylo bouteille plastique recyclééco-rechargenettoyant universel écologique

 

Daniel LACAILLE

 

 

 

Vous pouvez ajouter un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propre site.

One Response to “Les moules de Méditerranée empoisonnées par nos déchets plastiques ?”

  1. […] conclusions similaires ont été apportées en 2014 par les scientifiques de TARA EXPÉDITION et EXPÉDITION MED. On comprend mieux alors pourquoi les sacs jetables devraient être interdits à partir de janvier […]

Ajouter un commentaire