Une bouteille en verre, consignée et réutilisable, sera toujours une meilleure solution qu’un conditionnement en Tétra Brik. Les briques alimentaires se recyclent sous des formes de plus en plus variées. Mais elles contiennent du plastique et de l’aluminium, dangereux pour notre santé.

 

composition brique alimentaire22% DE POLYÉTHYLÈNE, 4% D’ALUMINIUM

De quoi est composée une brique alimentaire ? Selon le recycleur Lucart, on y trouve essentiellement des fibres de cellulose (74%), du polyéthylène (22%) et de l’aluminium (4%).

Triées par les usagers, puis collectées par les collectivités en charge de nos déchets, elles sont acheminées vers les papeteries. Là, d’énormes pulpeurs (mélangeurs qui brassent les matières dans l’eau) séparent les fibres de cellulose (carton) d’un côté, le plastique et l’aluminium de l’autre.

 

 

LE RECYCLAGE EST PROCHE DE 100%

Stylos en carton recycléPapier toilette recycléLa pulpe de carton ainsi récupérée sert de matière première pour fabriquer de nouveaux produits : papier toilette, mouchoirs, essuie-tout, essuie-mains, enveloppes électorales, boîtes à œufs… On peut aussi retrouver du carton issu de nos briques alimentaires dans les stylos, le corps des marqueurs, les classeurs, etc.

 

La vidéo du recyclage des briques alimentaires par Tetra Pak

Vidéo le recyclage des briques alimentaires - le film

La question des dangers du plastique (polyéthylène) et de l’aluminium demeure. Le plastique est un véritable fléau des temps modernes. Quant à l’aluminium, on sait qu’il est extrêmement dangereux pour la santé, il est « tout aussi nocif que le plomb ou l’amiante », affirme le toxicologue Chris Exley, interviewé par Arte.

 

POINT NOIR : LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE

Campagne déchets Réseau Action CLimatSorti des pulpeurs, le mélange « plastique – aluminium » est transformé en piquets de vigne, mobilier urbain, meubles d’intérieur, tuiles… Des produits qui, arrivés en fin de vie, poseront le problème de leur réintroduction dans le circuit du recyclage qui n’atteindra donc jamais le taux de 100%. Tous ces processus de recyclage consomment de l’eau et de l’énergie, mais on estime que ces consommations sont en moyenne 3 fois moins gaspilleuses. Autres avantages : on économise l’écosystème forestier et on diminue les déchets. Le vrai point noir est celui de nouvelles émissions de gaz à effet de serre par les activités de stockage, transport, tri, transformation, etc.

 

Réduire les déchets à la source est donc une nécessité. C’est l’objet de la campagne menée par le Réseau Action Climat et d’autres associations.

Comment agir ? En utilisant des contenants réutilisables ou consignés, par exemple. Il existe déjà des distributeurs de lait frais. Pourquoi ne pas imaginer des distributeurs automatiques de jus de fruits pour le grand public ? On limiterait ainsi les volumes de Tétra Brik. Car l’objectif est d’éviter l’émission de nouveaux déchets, même si l’économie du recyclage est un secteur qui doit être développé.

 

 

Daniel LACAILLE

 

 

Vous pouvez ajouter un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Ajouter un commentaire