Ecoles et familles : 14 livres pour éveiller les enfants à l’écologie et au vivre ensemble

10 juillet 2012 0 Par Daniel

Nous venons de découvrir les éditions « Pour penser à l’endroit » et avons eu un gros coup de cœur pour cette maison d’édition, très attachée au respect des  lecteurs en herbe et des auteurs qui travaillent avec elle…

« Nous accueillons ce que des auteur(e)s souhaitent transmettre et non ce que nous aurions repéré comme “niche marketing”. »

De plus, elle veille à son empreinte écologique et leurs livres sont imprimés localement.

Des packs cycle 2 et cycle 3 pour les écoles

Les éditions Pour penser à l’endroit se veulent réellement les partenaires des écoles. A leur écoute depuis déjà leur création en 2002, ils ont décidé, en 2012/2013 de créer un groupe d’enseignants pilote désireux d’apporter leur contribution aux documents pédagogiques.

Ils éditent aussi quelques ouvrages en grand format pour faciliter la lecture collective et ont

développé 2 packs utiles à l’école pour aborder les petites et les grandes questions de la vie dans des ateliers philosophie ou d’éducation civique

Le pack cycle 2

Pack cycle 2 ecologie vivre ensemble

Pack cycle 3

Pack cycle 3 livres écologie vivre ensemble

 

 

 

Et pour tout le monde, notre sélection de livres pour enfants spéciale Ecologie

  • Beebuti, la rose et le pissenlitBeebuti, la rose et le pissenlit

La biodiversité abordée pour les enfants à travers l’histoire d’une abeille, d’une rose et d’un pissenlit…

 

 

 

 

 

  • Les chevaux de la pluieLes chevaux de pluie suivi de Les blessures de la terre

Les chevaux de pluie :

« Une légende raconte que des chevaux guident les nuages et qu’ils se mêlent à la pluie pour une chevauchée sauvage…
Les chevaux de pluie sont arrivés un matin. Je ne les attendais pas. Je savais qu’ils ne resteraient pas longtemps… »
Une dépression qui arrive dans la vie comme les chevaux de pluie à l’horizon. Une dépression qui s’en ira, laissant devant elle… la vie.

Les blessures de la terre :

« Il suffit de se taire et d’écouter les chants d’oiseaux, brûlants de vérités.
Il suffit de marcher vers sois-même, tout en regardant s’attarder l’horizon.
Il suffit d’accepter de mourir pour renaître…

…Si chaque jardinier prend soin de la terre qu’il foule, de l’air qu’il respire, de l’eau qui le vivifie et de son voisin, il ouvre sa porte à la liberté d’être… »
Un beau conte sur l’enfance, la terre, le temps qui passe…

  • L'enfant et la mouette L’enfant et la mouette & Le chant des sauterelles

L’enfant et la mouette « …Petid’homme n’était pas plus haut que trois pommes et pensait déjà comme un grand. Il recelait dans sa tête l’énormité de l’univers. Il pouvait lire dans le ciel la constellation des étoiles et l’interactivité des planètes, il connaissait le fonctionnement du noyau terrestre et anticipait ses colères volcaniques ; il expliquait à qui voulait le rythme des marées et le monde extraordinaire des abysses sous-marins (…) Il savait tant d’autres choses, Petid’homme ; il savait trop de choses… »

Le chant des sauterelles « …La roue avait tourné semblait-il, les sauterelles des bois respiraient un air nouveau, fières de leur pouvoir naissant, prêtes à faire payer leurs souffrances, leur exil. C’est alors qu’une sauterelle brune des champs s’avança dignement, un léger tremblement s’échappant du bout de ses ailes. Derrière elle, quatre jeunes à la carapace étonnamment belle, d’un roux éclatant, couleur insolite en ces lieux, se resserrèrent, comme pour se donner une contenance. «Le mâle qui m’a gratifiée de ces petits est mort d’avoir ingurgité le maïs, dit la femelle d’un ton grave. C’était un mâle blond. D’autres femelles vont bientôt pondre. Des brunes mais également des blondes. Une nouvelle génération est en cours d’éclosion. Elle a besoin d’être guider pour se développer… »

  • La petite terreLa petite terre

« Il y avait une fois une terre bien jolie, une terre comme il y en a peu dans l’univers. Elle n’était pas bien grande mais riche de beaucoup de choses et ceux qui y vivaient avaient tout ce qu’ils voulaient. Mais voilà … ceux qui y vivaient manquaient de sagesse. Ils vivaient vite, sans prendre le temps de goûter, de profiter. Ils ne prenaient jamais le temps d’écouter, de respirer. »

669 mots – 4218 caractères