Produits recyclables : le logo « Triman » pour y voir plus clair ?

23 janvier 2015 0 Par Daniel

C’est l’engagement 255 du Grenelle de l’Environnement : le logo « Triman » est obligatoire depuis le 1er janvier 2015. Il indique qu’un produit est recyclable. Il ne remplacera pas les logos des éco-organismes (Éco-Emballages, Écofolio, Éco-Mobilier…), mais permettra une communication commune et simplifiée du geste de tri. Les industriels ont malgré tout atténué la portée de « Triman »… Et tous les produits ne sont pas obligatoirement concernés…


UNE CONSIGNE DE TRI COMMUNE…

Logo Triman - un bureau sur la Terre

Le Code de l’Environnement a été modifié par le décret n° 2014-1577 du 23 décembre 2014 “relatif à la signalétique commune des produits recyclables qui relèvent d’une consigne de tri”.

“Le décret prévoit la mise en œuvre d’une signalétique commune informant le consommateur des produits recyclables soumis à un dispositif de responsabilité élargie du producteur, qui relèvent d’une consigne de tri”, indique Légifrance.

 

…MAIS PAS OBLIGATOIREMENT SUR LE PRODUIT

C’est la faille de Triman, le petit bonhomme qui trie, les fabricants pourront le faire apparaître ailleurs que sur le produit : emballage, notice ou tout autre support y compris dématerialisé (site web), indique le décret.
Pourquoi ? On sait que le logo devait être mis en place en 2012. Il aura donc fallu attendre 3 ans pour lever les résistances des industriels qui ont freiné des quatre fers pour des questions de “coûts inutiles” (voir l’article du Figaro).

 

…ET PAS NÉCESSAIREMENT SUR TOUS LES PRODUITSlogo-triman-canette - un bureau sur la Terre

Dans son analyse, Arnaud Gossement, avocat, explique que si le verre n’est pas concerné par le décret, des produits dangereux comme les piles et accumulateurs et les déchets électriques (DEEE) “continueront de faire l’objet d’un marquage spécifique (poubelle sur roué, marquée d’une croix)”.
Par ailleurs, “les produits qui font l’objet d’un marquage équivalent à « Triman » admis par un autre Etat de l’Union Européenne, sont dispensés du dispositif”, indique l’avocat.

 

C’est plus clair pour vous ? Pas si sûr, mais c’est très Français !

 

Daniel LACAILLE