Vers des territoires « zéro gaspillage, zéro déchets »

5 août 2014 0 Par Daniel Lacaille

Ségolène Royal veut orienter les collectivités territoriales dans une « démarche exemplaire et participative de réduction, réutilisation et recyclage de leurs déchets ». Un appel à candidature est lancé par le ministère de l’Écologie pour 20 territoires pilotes. Le mouvement Zéro Waste France est déjà un acteur associatif engagé dans cette voie, notamment avec la ville de Roubaix où les particuliers qui s’engagent à réduire leurs déchets de 50% auront une taxe réduite d’autant !

 

LES 3 R : RÉDUIRE – RÉUTILISER – RECYCLERzero gaspillage zero dechets

Réduire, Réutiliser, Recycler… Les 3 R ont pris du galon auprès des pouvoirs publics ! Après les plans locaux de prévention des déchets engageant les collectivités à réduire leurs déchets de 7% en 5 ans (loi Grenelle 1), voici l’appel à projets « territoires zéro gaspillage zéro déchets » lancé par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE), toujours avec le soutien de l’Ademe.

 

De quoi s’agit-il ? D’un « plan déchets pour évoluer vers une économie circulaire », explique le MEDDE, pour « développer un système de production et d’échanges prenant en compte, dès leur conception, la durabilité et le recyclage des produits ou de leurs composants ». Concrètement, 20 collectivités territoriales volontaires s’engageront à « ne pas gaspiller, limiter au maximum la production de déchets, recycler tout ce qui est recyclable, limiter au maximum l’élimination ».

 

 

DES TERRITOIRES ÉCO-EXEMPLAIRES !

Même si le ministère avoue qu’il s’agit d’un « idéal à atteindre », les collectivités devront se montrer exemplaires dans de nombreux domaines :

  • Informer les citoyens sur les coûts réels de gestion des déchets.
  • Réduire les taxes quand les volumes des déchets baissent.
  • Éviter le gaspillage alimentaire, notamment « en cuisinant les restes ».
  • Acheter des produits à longue durée de vie.
  • Revendre ou donner ses objets, plutôt que de les jeter. Consigner, partager, louer…
  • Trier et composter les biodéchets.
  • Trier emballages et papiers.
  • Recycler textiles, appareils électroniques, piles, meubles…

L’Ademe sera chargée d’accompagner ces territoires pendant 3 ans à partir de 2015. Un soutien financier est prévu via le « fonds déchet ».

faut pas gacher

 

ROUBAIX : 50% DE RÉDUCTION DE LA TAXE SUR LES ORDURES MÉNAGÈRES !

L’intérêt de cette démarche est qu’elle s’appuie sur l’expérience du mouvement Zero Waste (ex Cniid). « Le contexte politique semble, pour une fois, nous être favorable », se félicite l’association qui milite pour « Trier, recycler, d’accord. Mais réduisons d’abord ». Sans oublier d’appeler à la vigilance : « Nous suivrons de très près la conception du cahier des charges et le pilotage de cet appel ».

 

La mise en chantier de cette nouvelle politique a néanmoins commencé à Roubaix où Zéro Waste intervient. Les actions sont variées :

  • Subventions à l’achat de composteurs et de lombricomposteurs.
  • Subvention de 50% de la taxe d’ordures ménagères pour les particuliers qui réduisent de 50% leur production de déchets.
  • A la mairie et dans les cantines : remplacement des bouteilles en plastique par des carafes, réduction de la consommation de papier, recyclage des déchets alimentaires, etc.
  • Soutien des ateliers de réparation créés par les associations.
  • Guerre aux sacs plastique par la création du label « Mon commerçant m’emballe durablement ».
  • Soutien aux entreprises qui agissent dans l’éco-exemplarité.

On  ne peut que se féliciter d’une telle démarche qui associe les collectivités, les mouvements associatifs, les citoyens, les commerces et toutes les entreprises d’un même territoire vers le « zéro gaspillage, zéro déchets ». UN BUREAU SUR LA TERRE aime !

 

 

papier-chatelleClasseur à levier écologique en carton recycléstylo pilotSac à dos 100% polypropylène recyclé

 

Au moment de réduire vos gaspillages, de trier et recycler vos déchets, pensez aussi à vos achats éco-responsables pour développer les filières des éco-produits. Car ces derniers sont fabriqués à partir de matières récupérées comme le papier, le carton ou le plastique. C’est aussi le combat de UN BUREAU SUR LA TERRE.

 

 

Daniel LACAILLE