Pesticides : les médecins tirent la sonnette d’alarme

17 février 2014 0 Par Daniel

1200 médecins alertent les pouvoirs publics sur « l’imprégnation générale de la population » française aux pesticides, « attendre de nouvelles preuves sur l’homme est inacceptable  quand les signaux d’alerte sont là». Ils demandent que l’État assure la protection des populations, notamment la disparition « à très brève échéance » des perturbateurs endocriniens dans les produits alimentaires.

 

LES LIENS SONT ÉTABLIS SUR LES DANGERS DES PESTICIDES

Les rapports et études sur les dangers des pesticides tombent comme des pluies acides. Citons les plus récents :

épandage de pesticides sur une terre agricole

 

Liste des dangers des pesticidesAu-delà des polémiques, il y a une réalité morbide des pesticides : des liens sont établis sur les dangers que constituent ces poisons pour la santé humaine et notre environnement.

 

« DES DÉCISIONS DOIVENT ÊTRE PRISES MAINTENANT »

Que disent les médecins dans leur appel national et leur déclaration au palais Bourbon le 30 janvier dernier ? Tout d’abord qu’ils ont été interrogés par des riverains des pommeraies du Limousin, inquiets d’une « flambée de maladies chroniques : cancers en particulier hormono-dépendants, maladies neuro-dégénératives, diabète, pubertés précoces, troubles de la fertilité ». De leurs observations des patients et des études citées, le collectif de médecin baptisé « Alerte des médecins de France métropolitaine et des Antilles sur les pesticides (AMLP) » assure que « l’imprégnation par ces produits est générale (>90%), certes à faible dose ». « Le caractère de perturbateur endocrinien est affirmé par la littérature pour 80 pesticides (rapport OMS-PNU), dont une quarantaine est commercialisée dans l’Union Européenne », poursuit l’AMLP. C’est pour cela qu’ils interpellent les pouvoirs publics, il ne faut plus attendre et « des décisions doivent être prises maintenant ».semaine pour les alternatives aux pesticides

 

Les médecins revendiquent en particulier :

  • Reconnaître de nouveaux tableaux de maladies professionnelles.
  • Protéger les populations riveraines les plus exposées.
  • Interdire les usages non agricoles des pesticides.
  • Un étiquetage sur les produits alimentaires.
  • Mettre fin aux conflits d’intérêts entre les laboratoires (qui effectuent les tests avant toute autorisation de mise sur le marché d’un nouveau produit) et les industriels.
  • Le retrait des pesticides qui sont des perturbateurs endocriniens avérés, même à faible dose.
  • Offrir aux populations le choix d’une alimentation sans pesticides, par l’augmentation des surfaces consacrées à l’agriculture biologique.
  • Protéger en priorité les points de captage des eaux.

 

UN MONDE SANS PESTICIDES AVEC UN BUREAU SUR LA TERRE

Une alimentation et un monde sans pesticides, c’est ce que réclament de plus en plus de consommateurs. C’est aussi l’engagement de UN BUREAU SUR LA TERRE qui propose des produits biodégradables, écologiques, certifiés et naturels comme les insecticides, les désodorisants, les lessives, les nettoyants informatiques et autres produits d’entretien. Sans oublier quelques produits alimentaires issus de l’agriculture bio et du commerce équitable.désodorisant écologique sans pesticidescafé bio issu du commerce équitable

 

 

Daniel LACAILLE