L’Agence Européenne de L’Environnement (AEE) vient de publier les chiffres des émissions de GES pour 2011. Malgré une augmentation des GES en 2010, ceux-ci confirment une tendance à la baisse généralisée depuis une vingtaine d’année. Un résultat dont on aurait tort de se glorifier trop tôt…

 

Ce que disent les chiffres

Voici un graphique des émissions de GES depuis 1990 publié par l’AEE. On peut clairement y lire une baisse générale des émissions de GES depuis une vingtaine d’année.

L’AEE y souligne d’ailleurs que les 15 membres de l’UE les plus anciens, engagés dans le protocole de Kyoto, ont, quant à eux, enregistré une baisse de 3,5% de leurs émissions de GES (graphique orange).

 

émissions de GES en Europe de 1990 à 2012

Source :  Agence Européenne de l’Environnement

L’Agence rappelle que l’hiver 2011 a été relativement doux mais elle souligne que malgré d’une augmentation de la consommation de charbon et d’une hausse du PIB, la consommation d’énergies renouvelables ne cesse de croitre et cela contribue sans aucun doute à la baisse généralisée des émissions de GES.

 

Une autre lecture des faits

Et pourtant… les climatologues ne cessent de nous alerter sur les émissions de GES qui ne cessent d’augmenter au niveau mondial. D’autres chiffres montrent que le réchauffement climatique, (causé principalement par les émissions de CO2) est loin de se calmer. Il est indéniable que le niveau des océans ne cenne de monter et que les records de températures moyennes se battent les uns après les autres.

Alors, serions-nous les bons élèves des accords de Kyoto et notre modèle de production serait-il vraiment exemplaire ?

 

Et bien pas du tout, au contraire. Notre mode de vie occidental, est bien la principale cause des émissions de GES mondiales. Comment cela est-il possible alors que les chiffres montrent le contraire ? Tout simplement parce-que nous produisons de moins en moins mais importons de plus en plus. Selon le Réseau Action Climat, en réaction dans son communiqué du 26 octobre, “si l’on prend en compte les importations, les émissions de CO2 de l’Union européenne ont diminué de seulement 4% entre 1990 et 2010. [1] Les émissions de CO2 importées via des produits de consommation dans l’UE-27 ont augmenté de 130% sur la même période.

 

Des chiffres qui laissent un arrière-goût bien moins glorieux mais ont le mérite de montrer la réalité.

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez ajouter un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Ajouter un commentaire