Nous avons vu régulièrement passer des articles ça et là nous vantant les mérites écologiques des JO 2012 organisés à Londres. Un peu sceptiques au départ, il faut bien le dire, nous avons mené notre petite enquête…

En premier lieu, il faut savoir que Londres est une très mauvaise élève en matière d’émissions de Co2 et est dans le collimateur de l’Union Européenne depuis quelques temps. Celle-ci l’a menacé d’une amende si elle réduisait pas ses GES (Gaz à Effets de Serre)… C’est donc un peu contraints et forcés que les londoniens se sont attelés à la conception de JO à l’impact environnemental faible …

Stade des Jeux olympiques de Londres 2012Des infrastructures pensées en fonction de leur cycle de vie

La plupart des infrastructures olympiques ne sont utilisées que le temps des JO et sont ensuite laissées à l’abandon. Un beau gâchis environnemental… Londres s’est donc fixé comme priorité de ne gâcher aucune des installations 2012 : soit le site peut être utilisé de façon régulière par la suite, soit il n’est plus d’aucune utilité et doit donc être détruit.

 

Mais bien évidemment, qui dit destruction des sites dit tonnes de déchets engendrés. Difficile d’en faire une action écologique… Mais il semble bien que la société en charge de la conception des bâtiment y ait  intelligemment réfléchi : “Pour chaque matériel, à chaque étape, nous devons nous demander :  avons-nous besoin de ce matériel ? Si la réponse est oui : d’où vient-il ? Peut-on lui substituer un autre matériel moins coûteux pour l’environnement ? Qu’en ferons-nous  lors de la destruction ? Pourra-t-on le recycler ?”, explique Julian Sutherland, le responsable du développement durable du cabinet Atkins.

 

La volonté de réduire l’empreinte écologique des JO au maximum

Aire beach volley Jo Londres 2012 écologiquesPar exemple, devant la caserne des Horse Guards, où se jouera le beach-volley, les tentes mises à disposition des athlètes, des sportifs et des journalistes derrière les tribunes, ont été orientées en fonction du vent pour éviter de recourir à la climatisation l’orientation du vent.

Quant au stade olympique de Londres, il a été construit avec des pistolets et des couteaux recyclés . Il est ainsi  le plus léger jamais construit dans l’histoire de l’olympisme moderne.

De plus, un système de location similaire au vélib a été mis en place depuis un an, le Barclay’s Circle.

 

 

Et pourtant…

PLate forme BP sponsor des JO de Londres 2012Et pourtant, ces JO font tout de même polémique. Est-il possible, tout simplement qu’un événement d’une telle ampleur puisse se dire écologique ?

Quid des transports des athlètes et des touristes ? qui se fera bien évidemment en avion…

Londres avance 400 000 tonnés de CO2 générées, mais il est difficile de comparer avec les autres olympiades, aucun chiffre n’a jamais été calculé pour les précédentes manifestations.

Pour ajouter à la polémique, BP et Dow Cheminal, sponsorisent les festivités. Ces multinationales sont respectivement responsables de l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, en avril 2010 et de l’usine de pesticides Bhopal en Inde au mois de décembre 1984.

 

 

Ce qu’on en pense : En étant conscients que beaucoup d’acteurs veulent s’acheter une image de verdure dans cette histoire et que les JO sont encore loin d’être un événement “vert”, il faut tout de même reconnaître les gros et vrais efforts consentis en matière environnementale par les organisateurs. En espérant que ce soit le début d’une vraie prise de conscience…

 

 

Vous pouvez ajouter un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Ajouter un commentaire