La tarification progressive de l’énergie peut-elle faire baisser la consommation ?

12 octobre 2012 0 Par Daniel

tarification progressive-energieLe 4 octobre 2012 a été votée la proposition de loi sur la tarification progressive de l’énergie. Aujourd’hui, en effet, c’est la règle contraire qui est appliquée, c’est à dire que plus nous consommons, moins le kWh coûte cher. Si on ne peut pas dire que cette règle pousse à la consommation, il est certain qu’elle ne va pas dans le sens de la sobriété énergétique.

 

Pourquoi cette tarification progressive ?

Il est urgent de limiter notre consommation énergétique d’une part en raison du réchauffement climatique, de la baisse des ressources en énergie fossile, des investissements à réaliser dans nos centrales nucléaires pour les entretenir et les rendre plus sûres , etc.

Une solution,  certes facile, mais efficace, est d’augmenter le prix de l’énergie. Mais pour ne pas -trop-pénaliser les ménages les plus modestes, voilà pourquoi une tarification progressive sera mise en place. Le principe est de baisser les premiers KWh consommés et d’augmenter le prix à partir d’un certain seuil.

 

Concrètement, comment sera appliquée la tarification progressive ?

Les fournisseurs d’énergie appliqueront trois tranches de consommation selon le niveau de consommation :

  • « Basique » : c’est le prix répondant aux besoins essentiels d’un ménage. Ce montant sera 3 à 10% moins élevés que les tarifs actuels.
  • « Confort » : la deuxième tranche pour la consommation d’énergie n’étant pas vitale.
  • « Gaspillage » : une dernière tranche pour l’énergie gaspillée.

Par souci d’égalité sur le territoire, lors de la déclaration d’impôt, chaque français sera invité à renseigner sa région d’habitat, le nombre d’occupants de l’habitation ainsi que le mode de chauffage. Ces données rentreront en compte dans le calcul des seuils.

 

tarification progressiveLa tarification progressive peut-elle vraiment faire baisser la consommation d’énergie ?

Aucun pays européen n’ayant déjà mis en place la tarification progressive, il est difficile de mesurer les impacts d’une mise en place. Toutefois, 2 pays au monde l’ont déjà appliquée. Le Japon et la Californie utilisent 2 systèmes différents, l’un basé sur un tarif fixe auquel s’ajoute un montant variable en fonction de la consommation du pays tandis que l’autre prend en compte la température journalière pour définir un seuil de consommation à ne pas dépasser et des pénalités pour les « mauvais élèves ». Dans les 2 cas, la mise en place de la tarification progressive a permis de faire baisser la consommation d’énergie.

 

La volonté française de ne pas pénaliser les ménages modestes souvent logés dans des logements que l’on nomme « passoires énergétiques » est une mesure sociale très louable mais qui pourrait bien au final compromettre l’objectif escompté. Pour la Fondation Nicolas Hulot, si l’on veut vraiment faire baisser la consommation d’énergie, il est impératif que la tarification progressive soit accompagnée d’un plan d’aide contre la précarité énergétique passant par des aides à la rénovation, à l’isolement des logements ou au renouvellement des équipements tels que les chaudières.