D’ici à 2030, les centres de tri seront moins nombreux, mais automatisés et plus grands pour traiter des volumes plus importants de 30%. C’est l’une des conclusions de l’étude prospective de l’Ademe sur la collecte et le tri des déchets d’emballages et de papier. L’organisme est optimiste pour l’avenir et table notamment sur des quantités recyclées en forte hausse, un tri « plus poussé » pour répondre aux besoins de l’industrie du recyclage. Expérimentée, la tarification liée au bon geste de tri pourrait se généraliser.

 

bon geste de tri

DES TAUX DE RECYCLAGE PRÉVISIONNELS EN FORTE CROISSANCE

Baisser de 50% la présence de papier et d’emballages dans les ordures ménagères résiduelles, c’est l’une des conditions impérative utilisée par les modèles prospectifs de l’Ademe. A cela, il faut ajouter la condition de taux de recyclage en forte progression : de 42% à 65% pour les papiers graphiques et les emballages (hors verre), de 70% à 80% pour le verre.

La qualité dans le tri devra également être améliorée : « un tri plus poussé (…), une haute qualité des flux triés » seront nécessaires pour répondre « aux besoins courants des industriels permet d’assurer l’écoulement des produits en toute circonstance et par conséquent la robustesse du dispositif », précise l’Ademe.

 

 

LE RECYCLAGE, ATOUT MAJEUR DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Pour parvenir à tenir ces objectifs, l’Ademe compte sur une « interaction renforcée entre tri et industrie du recyclage ».

C’est un enjeu majeur de compétitivité pour l’économie circulaire française, transformer ses déchets en ressources : papier, emballages, plastiques, aluminium, acier, carton… Surtout, « ces apports constituent un facteur de stabilité des prix et de régularité d’approvisionnement pour l’industrie du recyclage », explique l’Ademe.

 

 

UNE TARIFICATION VARIABLE SELON LE BON GESTE DE TRI

L’Ademe n’est-elle pas trop optimiste ? Car les collectivités en charge de la gestion des déchets ménagers vont devoir mettre les bouchées doubles pour améliorer les quantités et la qualité de leur collecte ! Et la question des moyens reste posée, notamment en termes de sensibilisation et d’incitation des citoyens aux bons gestes de tri.

Pour l’Ademe, les solutions sont :

  • L’extension des consignes de tri à tous les emballages plastiques.on recycle !
  • Une amélioration significative du geste de tri par habitant, ce qui passe par une meilleure information et compréhension du geste de tri. La tarification au bon geste pourrait devenir la règle.

 

 

 

 

 

 

Ramette-ECO2-70gVaisselle biodégradable et compostablestylo B2PROLLER en bouteille plastique recycléeclasseurs en carton naturel

 

 

Daniel LACAILLE

 

 

Vous pouvez ajouter un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Ajouter un commentaire