La fin de l’huile de palme dans les carburants ?

La fin de l’huile de palme dans les carburants ?

3 janvier 2019 0 Par Daniel

Vous connaissez le biodiésel, ce mélange de diésel et d’huile végétale de colza ou d’huile de palme ? Eh bien, les députés ont définitivement voté le 19 décembre la fin de l’avantage fiscal octroyé à l’huile de palme incorporée dans le diésel. L’huile de palme n’est donc plus considérée comme un biocarburant. « Cette mesure permet également de donner une plus grande crédibilité à la filière des biocarburants en France, et de renforcer l’ensemble des producteurs français qui utilisent des alternatives à l’huile de palme », explique Bruno Millienne, le député Modem à l’initiative de l’amendement.

Même si l’huile de palme n’est pas interdite, elle n’est plus favorisée. Néanmoins, « plus de 30 % de la déforestation en Indonésie est causée par la création de nouvelles terres de monoculture de palmier à huile. Le bilan est dramatique : perte de biodiversité, disparition des Orangs-outans, peuples autochtones chassés de leurs terres, érosion des sols, libération du CO2 stocké dans les sols de la forêt… », explique l’association Les Amis de la Terre. « Où sont les trois quarts de l’huile de palme que nous consommons en France ? Non, l’essentiel n’est pas concentré dans des pots de pâte à tartiner, ni même dans des paquets de chips. 76 % de l’huile de palme que nous consommons en France l’est sous forme de carburant ! L’ONG Les amis de la terre mène campagne pour mettre fin à cette pratique dévastatrice pour les forêts équatoriales asiatiques. ».

 

Pour lutter contre la déforestation, l’usage de papier recyclé est recommandé :

 

 

 

 

 

copies doubles papier 100% recyclécahier recyclé A4 forever - Un bureau sur la terre