L’horreur plastique

continent de déchets plastiquesConnaissez vous le 7ème continent ? Une immense plaque de déchets plastiques dérivants au nord-est de l’océan pacifique. Cette “soupe de détritus” est d’une taille équivalente à 6 fois la France ! Ce sont nos déchets… Des alternatives existent : interdire les sachets de caisse, apporter son sac de courses, acheter en vrac, réduire les emballages et les déchets… Un Bureau Sur La Terre valorise des produits éco-conçus, comme les sacs poubelle 100% biodégradables, 100% compostables et sans OGM, munis de l’écolabel OK compost.

 

Albatros mort d'ingestion de déchets plastiquesLE PLASTIQUE QUI TUE

Leur durée de vie atteint 1000 ans… Ils sont 100% d’origine humaine, pèsent plusieurs millions de tonnes sur une surface représentant 1/3 du continent européen… On les retrouve le plus souvent sous forme de débris toxiques – parfois jusqu’à 1 million par km2 – ingurgités par les poissons et les oiseaux qui les confondent avec le plancton sensé les nourrir… La chaîne alimentaire les mène dans les estomacs des hommes…

 

Dégradés par le soleil et les courants océaniques, ces débris de plastiques se retrouvent par centaines de milliards sous forme de confettis qui agissent comme des éponges. Ainsi, ils fixent et concentrent les éléments les plus toxiques : bisphénol A, phtalates, PCB, DDT… Greenpeace estime que chaque année 1 million d’oiseaux et 100.000 mammifères marins meurent de l’indigestion des ces poisons plastiques. Un véritable génocide ! Sans compter les dégâts sur les hommes qui, au bout de la chaîne alimentaire, voient leur stérilité fortement augmenter.

 

Guide sur les emballages utiles et inutilesINTERDIRE LES SACHETS PLASTIQUES

La Commission européenne vient de lancer une consultation publique pour réduire les quantités de déchets, après avoir publié en mars 2013 un « livre vert ». L’Union Européenne reconnaît que les quantités de déchets augmentent proportionnellement avec la production de plastiques : +24% entre 2008 et 2015 dans le secteur des emballages, selon le « livre vert » !

 

Pourtant, les alternatives au plastique sont nombreuses, à commencer par l’abstinence. A quand une interdiction totale des sacs plastiques dans le monde ? Ce qui a été fait pour protéger la couche d’ozone de certaines substances chimiques (le protocole de Montréal a interdit les émissions de CFC, notamment) peut l’être pour les plastiques.

 

Pour mobiliser les consommateurs, Agir pour l’Environnement, le Cniid et France Nature Environnement ont édité un guide sur «Les emballages utiles et inutiles ».  « 100 milliards d’emballages sont jetés chaque année par les Français, soit presque 5 millions de tonnes », alertent les associations qui ont édité une « liste rouge » et une « liste verte » de types d’emballages et de marques commerciales.

 

Elles dénoncent en particulier les emballages de type blister (coques en plastique sur carton), le sur-emballage, les petits conditionnements (dosettes…). Elles nous incitent à utiliser les matières recyclables (verre, papier-carton…), le panier de courses, les produits vendus en vrac ou à la découpe, la réutilisation des conditionnements, la consigneElles nous conseillent de laisser chez les commerçants les emballages que nous jugeons excessifs !

 

Label OK compostDÉVELOPPER L’ÉCO-CONCEPTION

L’éco-conception est une autre alternative possible, c’est à dire fabriquer des produits davantage respectueux de l’environnement et du vivant. Si l’usage de matières végétales est critiquable – parce que leur destination est avant tout l’alimentation humaine -, elles « présentent un intérêt dans certains usages bien spécifiques : sacs poubelle destinés au compost (…) », explique Sophie Fabrégat du quotidien en ligne ACTU-ENVIRONNEMENT.

 

C’est le choix qui a été fait par Un Bureau Sur La Terre : commercialiser des sacs poubelle fabriqués à partir d’amidon de maïs. L’amidon utilisé est garanti sans PLA. Le PLA est un équivalent du plastique PET.

L’écolabel « OK Compost » garantit des produits :

  • 100% biodégradables en 6 mois dans une installation industrielle de compostage.
  • La norme s’applique aux encres et additifs.
  • Conformes à la norme européenne EN 13432 de biodégradabilité et compostabilité.

 

L’usage de ces sacs poubelle est recommandé pour la restauration. Pour un usage domestique, certains composts manquent de température et de constance. Le compostage est donc « plus difficile et plus lent », selon l’organisme certificateur Vinçotte. Un nouvel écolabel « OK Compost Home » a été créé et sera bientôt commercialisé.

 

 

Daniel LACAILLE

 

 

Si vous voulez en savoir davantage sur le sujet :

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez ajouter un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Ajouter un commentaire