Réduction des déchets : la responsabilité des entreprisesDéchets : quelle responsabilité pour les entreprises ?

En France , les déchets des entreprises (hors BTP et agriculture) représentent 106 millions de tonnes (Mt) par an sur les 770 millions de tonnes de déchets produits :

  • 98 Mt/an de déchets non dangereux (bois non traité, matières plastiques, métaux), dont
  • 4,8 Mt/an collectés avec les ordures ménagères par les collectivités ;
  • 8 Mt/an de déchets dangereux (cartouches, solvants, peintures !).

Outre ces 106 Mt/ an de déchets produits par les entreprises, les ménages en produisent 31,9 Mt/an qui résultent pour l’essentiel de produits mis sur le marché par les entreprises.

Les entreprises joue donc un grand rôle dans la production de déchets.

 

2011 : L’expérimentation inédite de l’ADEME “50 €ntreprises témoins”

expérimentation menée par l'ADEME 50 entreprises témoinsL’ADEME révèle aujourd’hui les résultats d’une expérimentation inédite, intitulée « 50 €ntreprises témoins ». Par cette expérimentation, elle a voulu démontrer que compétitivité et écologie ne sont pas incompatibles, bien au contraire ! Elle montre même à quel point la réduction des déchets peut être un facteur de compétitivité : une initiative expérimentale concluante et reproductible par de nombreuses entreprises à l’avenir.

 

En 2011, l’ADEME a sélectionné avec ses partenaires 50 entreprises de tailles variées sont réparties sur 15 régions et plusieurs secteurs d’activité : agro-alimentaire, métallurgie, commerce, plasturgie, imprimerie… à l’issue d’un appel à candidatures national.

 

Les « 50 €ntreprises témoins » ont ensuite agi sur leurs déchets avec les conseils d’un expert financé par l’ADEME durant un an. Résultat, selon l’ADEME : une économie pérenne totale de 1,5 M€/an issue des actions réalisées pour 40 entreprises.

 

Le plus efficace : la réduction des déchets à la source :

Les entreprises peuvent agir à deux niveaux :

  • réduire leurs déchets de production,
  • mais aussi les futurs déchets générés (en fin de vie) par leurs produits et services.

En effet, 65 milliards de tonnes de matières premières ont été injectées dans l’économie en 2010 et ce chiffre devrait passer à 82 milliards de tonnes en 2020. Or, une part importante de ces matières n’est pas intégrée dans les produits ou leurs emballages et constituent les déchets de production dans les entreprises : les déchets consécutifs à l’utilisation de ces matières premières augmenteront eux aussi.

La réduction à la source de ces déchets, c’est-à-dire la sélection de la juste quantité et l’utilisation efficiente des matières premières lors de la phase de production, permet aux entreprises de limiter leurs coûts, donc de gagner en compétitivité.

economie réalisée par la réduction des déchets en entreprises

80% de l’économie totale provient de la réduction ou du recyclage de matière ou d’emballages à la source, c’est-à-dire en amont de la fabrication. Cette expérimentation démontre que le tri à la source et l’externalisation du recyclage sont plus profitables que la mise en décharge ou l’incinération des déchets.

 

3 exemples concrets

  • Machine à papier everbalPour BEL’M, fabricant de portes en Loire-Atlantique, même revendu à 800 €/tonne à un recycleur, un déchet d’aluminium est une perte car cette matière lui coûte quatre fois plus cher à l’achat. Réduire ses chutes d’aluminium est donc une de ses priorités : grâce à l’expérimentation, elle a pu économiser 53 000€.
  • FACO’M, constructeur d’outillage à la main, utilise une nouvelle technologie pour ses moules qui consomme 30% de matière plastique en moins, ce qui représente une économie de 86 000 € sur l’achat de plastique/an. L’entreprise diminue, en outre, le tonnage total des déchets non dangereux liés à la production, ce qui représente 3 000 € d’économies supplémentaires sur la mise en décharge.
  • Quant à Everbal, le fournisseur de notre papier le plus écologique (Evercopy +), l’économie réalisée a été estimée à 29000€. En effet, l’entreprise produit de nombreuses couleurs de papiers recyclés. Jusque là, elle envoyait vers sa station d’épuration les surplus de pâte à papier à chaque changement de couleur. Aujourd’hui, elle les conserve dans un ancien cuvier pour les réinjecter dès que la couleur de production le permet.

 

 

 

Les « 50 €ntreprises témoins » suivies par l’ADEME démontrent ainsi concrètement que réduire

et mieux recycler ses déchets est un bon moyen de faire des économies. Convaincues par l’intérêt de cette démarche, les entreprises participantes souhaitent à présent  poursuivre cette dynamique : ainsi aujourd’hui près de 90 actions sont en cours de mise en place et 30 autres sont à l’étude.

 

 

 

 

Vous pouvez ajouter un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Ajouter un commentaire